top of page

Les 𝟓 technologies qui arrivent dans votre đŹđŠđšđ«đ­đ©đĄđšđ§đž.


Outre les progrùs de chacun des blocs technologiques des puces mobiles (GPU, CPU, ISP, etc.), c’est aussi et surtout leur interconnexion grandissante avec les processeurs neuronaux (NPU) qui va rendre nos smartphones plus rapides, plus pertinents et plus endurants.


  • Ray-tracing : la 3D sublimĂ©e


Le principe fondamental du ray-tracing est de calculer des trajectoires de milliers, voire millions de rayons lumineux et de modĂ©liser leurs trajectoires et interactions. Plusieurs mĂ©thodes existent, s’appliquant aux ombres, aux effets de transparences, etc. Avec un bĂ©nĂ©fice majeur : le rendu de ces effets est incroyablement naturel, et facilite le travail des dĂ©veloppeurs qui n’ont plus besoin de programmer des scripts (rĂ©flexions dans les miroirs, changement de tempĂ©rature de couleurs). Tous les effets Ă©tant calculĂ©s en temps rĂ©el.


  • Segmentation sĂ©mantique : rĂ©volution du traitement d’image

La grande avancĂ©e qui nous attend s’appelle la segmentation sĂ©mantique et s’appuie sur un nouveau pilier qui est le processeur d’IA appelĂ© souvent NPU (Neural Processing Unit). En construisant un lien direct entre le processeur d’image (ISP) et le NPU, la future puce Snapdragon 8 Gen 2, de Qualcomm, peut devenir un vĂ©ritable « cerveau visuel ». Elle va, sur chaque clichĂ©, dĂ©couper l’image, un peu comme le fait le cerveau humain. C’est-Ă -dire faire la diffĂ©rence entre une plante, un humain, un chat, les cheveux, la peau, les frondaisons, etc. Un zonage et un Ă©tiquetage en temps rĂ©al qui a plusieurs bĂ©nĂ©fices potentiels, mais surtout un argument majeur : il devrait permettre d’amĂ©liorer encore la qualitĂ© d’image.


  • VidĂ©o 8K60p HDR : une vraie camĂ©ra de cinĂ©ma ?

Les prochaines gĂ©nĂ©rations de capteurs de Samsung et Sony, couplĂ©es au prochain ISP notamment de Qualcomm, offrent la possibilitĂ© d’aller encore plus loin en 8K. AprĂšs la 8K30p, puis la version 60p, voici arriver la seconde gĂ©nĂ©ration de 8K60p HDR, grĂące Ă  la capacitĂ© du couple capteur + processeur de gĂ©rer non pas une mais quatre images par trame soit 240 images de 33 Mpix par seconde. Composer une image Ă  partir de quatre prises de vue ultrarapides permet d’étendre la plage dynamique (plus d’informations dans les hautes et les basses lumiĂšres), cette derniĂšre Ă©tant historiquement le talon d’Achille physique des petits capteurs.


  • Modem 5G infusĂ© d’IA : une connexion plus stable et moins Ă©nergivore

Ce qu’il faut bien saisir, c’est que la 5G est une technologie Ă  la fois bien plus riche, complexe et adaptative que la 4G. Selon le dĂ©placement du smartphone dans l’espace rĂ©seau (dans une rue, par exemple), le modem 5G va s’adapter aux diffĂ©rentes antennes qui l’entourent en en privilĂ©giant certaines, et certaines des frĂ©quences. Le tout en communiquant avec les stations de base qui, elles aussi, vont s’adapter en temps rĂ©el. En consĂ©quence, un modem 5G, qui est plus performant et plus polyvalent qu’un modem 4G, est logiquement plus Ă©nergivore. Notamment en cas d’utilisation d’ondes millimĂ©triques.


C’est lĂ  que les algo dits « IA » et les processeurs neuronaux, externes ou intĂ©grĂ©s dans le modem, vont jouer un rĂŽle de plus en plus important. PlutĂŽt que de s’adapter par rapport Ă  des scĂ©narios fixes, le modem va pouvoir utiliser de complexes modĂšles d’entraĂźnement pour s’adapter Ă  son environnement. Ceci, en utilisant le NPU qui s’avĂšre bien plus efficace Ă©nergĂ©tiquement que toutes les autres puces Ă  qui il peut faire appel. En consĂ©quence, les concepteurs de puces promettent des Ă©conomies substantielles d’énergie. De quoi gagner de prĂ©cieux pourcents de batterie Ă  la fin de la journĂ©e. Sans avoir rognĂ© sur la qualitĂ© de connexion.


  • WiFi 7 : toujours plus vite, toujours moins d’énergie

Outre la traditionnelle amĂ©lioration des dĂ©bits, allant ici jusqu’à 5,8 Gbit/s en utilisant la bande des 6 GHz (4,3 Gbit/s sans cette bande), le Wi-Fi 7 promet aussi des latences abaissĂ©es. Et, encore une fois, une baisse de la consommation Ă©nergĂ©tique, nerf de la guerre des appareils mobiles. En matiĂšre de latence, Qualcomm promet d’aller en dessous de 2 ms – et ce, de maniĂšre constante, pas uniquement en pointe. Si le gaming peut venir Ă  l’esprit dĂšs lors qu’on parle de latence, il s’agit aussi ici de rĂ©duire le temps de communication, notamment dans le cas des usages AR/VR/XR. Tout dĂ©lai avec ces lunettes causant potentiellement un inconfort Ă  l’utilisateur (cinĂ©tose).


Source : 01Net

bottom of page